Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Articles arrow Numéro 10 arrow Amidou SANOGO - Enjeux pragmatiques du narrateur-je dans Une si longue lettre de Mariama Bâ

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Amidou SANOGO - Enjeux pragmatiques du narrateur-je dans Une si longue lettre de Mariama Bâ Version imprimable Suggérer par mail
14-01-2013
Enjeux pragmatiques  du narrateur-je dans Une si longue lettre de Mariama Bâ
 
 
Amidou SANOGO
Département de Lettres Modernes, Université Félix Houphouët-Boigny
 
 
Introduction
 
Le fonctionnement traditionnel du personnel « je » est de référer à une instance
locutrice dans la situation d’énonciation. Dans cette conception référentialiste, l’approche
pragmatique du déictique indiciel « je » inscrit le narrateur-je dans un acte de langage par
lequel le locuteur, ou l’énonciateur, ajuste ses intentions aux mots, aux allocutaires et à la
situation extralinguistique pour produire des effets. Cette fonction fait du « je » une unité
linguistique propre au mode de production littéraire qu’est le discours. Mais dans  le roman
épistolaire Une si longue lettre de Mariama Bâ (1987), cet embrayeur intervient dans le récit
de Ramatoulaye. Ainsi, l’auteure fait parler un narrateur-je dont la voix domine le texte au
point d’introduire un doute critique sur le caractère purement énonciatif du « je ».