Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Articles arrow Numéro 10 arrow Tié Emmanuel TOH BI - Hommes de tous les continents de Bernard Binlin Dadie, aveu d’une esthétique..

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Tié Emmanuel TOH BI - Hommes de tous les continents de Bernard Binlin Dadie, aveu d’une esthétique.. Version imprimable Suggérer par mail
14-01-2013
Hommes de tous les continents de Bernard Binlin Dadie, veu d’une esthétique poétique au service de la dialectique sociale
 
Tié Emmanuel TOH BI
Université Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire).
 
Introduction
À en croire les actes du colloque à lui consacré en 1997, Bernard Dadié, « le seigneur des
lettres ivoiriennes », est une conscience critique de son temps. La Côte d’Ivoire lui doit sa
première œuvre littéraire La Ville, publiée en 1933 alors que l’écrivain n’avait que dix sept
ans, élève à l’EPS de Bingerville. Et depuis, l’homme a donné la preuve de sa fécondité
littéraire, changeant, à contretemps, les manteaux du poète, du romancier, du dramaturge ou
même du conteur, sans oublier celui d’homme politique. Cet éclectisme, Dadié l’a toujours
logé au cœur de son temps et de sa société. En effet, l’écriture dadiéenne, alerte et altruiste,
s’est mise au chevet d’une Afrique colonisée, trop jeune, désemparée, dépaysée, et à pleurer
avec elle les méandres d’une indépendance mal assimilée. En plus, d’obédience socialiste et
moraliste, l’œuvre de Dadié se fait l’écho des couches défavorisées du monde, notamment,
celles d’Afrique ou de la diaspora noire, quand elle ne véhicule pas une éthique de la vie.
 
 
Dernière mise à jour : ( 14-01-2013 )