Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Articles arrow Numéro 12 arrow YAO Kouamé Gérard - Œdipe-Roi de Sophocle, une tragédie du temps: essai d’une lecture benjaminienne

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
YAO Kouamé Gérard - Œdipe-Roi de Sophocle, une tragédie du temps: essai d’une lecture benjaminienne Version imprimable Suggérer par mail
04-12-2013
YAO Kouamé Gérard
Département des Arts de l’UFRICA,
Université Félix Houphouët Boigny Abidjan-Cocody ;
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
 
Introduction
 
Passé le grand moment de sa pratique dans la Grèce classique, la tragédie est devenue
le champ d’une recherche et d’une construction de sens intéressant, non pas seulement l’art,
mais également la vie humaine dans sa globalité. C’est cette quête de sens qui justifie
qu’aujourd’hui la tragédie soit appelée « le théâtre des philosophes »
. Au nombre des théories
philosophiques du tragique qui font autorité, figure celle de Walter Benjamin, énoncée sous le
nom de la philosophie de l’histoire de la tragédie. Elle trouve son originalité dans le fait
qu’elle subsume cette forme d’art dramatique sous l’idée du sacrifice ; étant entendu que le
sacrifice tragique se traduit par la souffrance indicible du héros et/ou par sa mise à mort. Qui
plus est, chez Benjamin, le sacrifice tragique est à la fois expiatoire et inaugural.