Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Articles arrow Numero 14 arrow IRIE BI Gohy Mathias-LES ACCENTS ET LES AFFOLEMENTS SYNTAXIQUES ET SEMANTIQUES DES ENONCES

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
IRIE BI Gohy Mathias-LES ACCENTS ET LES AFFOLEMENTS SYNTAXIQUES ET SEMANTIQUES DES ENONCES Version imprimable Suggérer par mail
12-10-2014
LES ACCENTS  ET LES AFFOLEMENTS SYNTAXIQUES ET SEMANTIQUES DES ENONCES
Par
IRIE BI Gohy Mathias
Département de Lettres Modernes
UFR CMS
UNIVERSITE ALASSANE OUATTARA
 
INTRODUCTION

Dans les cours de grammaire, la syntaxe est mise en avant. Dans les ouvrages de linguistique, il en est
de même. Très peu d’ouvrages, cependant, font cas de l’accent, «pourtant, que d’anomalies et de
confusions dans l’emploi que nous en faisons.» Or, l’accent n’est pas du tout négligé dans les
évaluations. Une rigueur toute particulière est observée lors des corrections des devoirs d’élèves et
d’étudiants. C’est, à quelques degrés près, qu’à l’Université Alassane OUATTARA (anciennement
Université de Bouaké), les cours d’ancien français et de philologie en parlent, surtout pour rendre
compte des mutations morphologiques des mots et du rôle joué par les accents dans ce processus.
On en retient que ces mutations ont conféré aux mots leurs accentuations actuels. Ce constat fournit
de sérieux arguments qui font penser que  bien des locuteurs-apprenants sont des mal armés pour
prouver la grandeur et la beauté de la langue française. Disons, en réalité, que l’accentuation, non
usitée et mal maîtrisée, entraîne des bruits dans la communication pour parler comme les
communicologues.