Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Articles arrow Actes du colloque Mémoire, oubli et réconciliation arrow Brice Armel ZOH, Lecture contrastive de la dégénérescence sociale et de l’alacrité par le rythme axi

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Brice Armel ZOH, Lecture contrastive de la dégénérescence sociale et de l’alacrité par le rythme axi Version imprimable Suggérer par mail
20-02-2017
Lecture contrastive de la dégénérescence sociale et de l’alacrité par le rythme axiologique dans Poto-poto blues1 de marcel Kemadjou Njanke.
Brice Armel ZOH
Doctorant
Université Félix HOUPHOUËT BOIGNY
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
 
Résumé: L’Homme aspire à une vie de paix, à une vie où la cohésion sociale est le gage du bonheur. Cependant, la mémoire de ce dernier est constamment violée par des tensions aux aspects diversifiés ; lesquelles tensions vicient profondément son cadre social. Par ailleurs, en ayant une ferme foi en des jours meilleurs, celui-ci garde le moral au sein de cette précarité et milite pour un monde stable, réunifié, réconcilié. Cette oscillation entre déliquescence notoire et rayonnement de la vie se perçoit en filigrane dans la trame discursive de Poto-poto blues2 de Marcel Kemadjou NJANKE. Les traits contrastés ainsi perceptibles dans ce discours poétique, à travers des évaluations thymiques, génèrent un rythme dit axiologique – euphorythmie et dysphorythmie – qui détermine la signifiance de l’oeuvre susmentionnée.