Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Articles arrow Numéro 22 arrow Souleymane DIARRASSOUBA, A Postcolonial Reading of Death in Ayi Kwei Armah’s KMT

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Souleymane DIARRASSOUBA, A Postcolonial Reading of Death in Ayi Kwei Armah’s KMT Version imprimable Suggérer par mail
09-01-2018
A Postcolonial Reading of Death in Ayi Kwei Armah’s KMT
 
Souleymane DIARRASSOUBA
Institut National Polytechnique Félix Houphouët - Boigny / Yamoussoukro 
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
 
Résumé : Le présent article étudie la mort en tant que refus du droit de reconnaissance à la
différence des valeurs authentiques tant traditionnelles, culturelles qu’identitaires.
Appréhendée comme une idéologie insidieuse et une volonté intentionnelle des forces
impérialistes ou comme une attitude passe de la part des populations colonisées en ce qui
concerne leur incapacité à déceler les objectifs d’exploitation contenus dans les visées
religieuses et dans le contenu des programmes éducatifs des prédateurs arabes et des
envahisseurs occidentaux, la notion de mort exprime la volonté du colon de soumettre la
conscience du Noir. Cependant, cette situation ne devrait perdurer. Car, bien au contraire,
selon Armah, cette attitude traduite en acte devrait être la voie indiquée pour le colonisé averti
de se réapproprier son identité culturelle, historique et sociale sapée par les forces
conquérantes.