Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Articles arrow Numéro 24 arrow Tié Emmanuel TOH BI, Qu’est-ce que le Djèlénin-nin?

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Tié Emmanuel TOH BI, Qu’est-ce que le Djèlénin-nin? Version imprimable Suggérer par mail
08-01-2019

                                          Qu’est-ce que le Djèlénin-nin?

                                                 Tié Emmanuel TOH BI

                                           Université de Bouaké-Côte d’Ivoire.

                                                  Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 Résumé : Le Djèlénin-nin est une des poésies ancestrales négro-africaines qui, d’entrain philosophique, connectent l’esprit des citoyens à la sphère des divinités fondatrices, providence d’assurance pour ce qui est de la dédramatisation des tragédies existentielles. Ce faisant, le Djèlénin-nin, rituel funéraire gouro du centre-Ouest de la Côte d’Ivoire, du fait qu’il est une virtuosité corporelle et parolière de démystification de la mort, s’interchange à la poésie, mode d’expression particulier par émissions de paroles transfiguratrices, nées d’un affranchissement du mental du locuteur, intellectuellement averti et spirituellement relevé, et apte à porter verbalement le message lumineux des dieux pour affronter les fatalités de la condition humaine. Dans cette optique, le Djèlénin-nin rappelle, à la conscience universelle, le génie négro-africain révélateur de la vérité selon laquelle la poésie, genre littéraire contredisant l’évidence des apparences premières, n’est pas que paroles abstraites, mais, aussi, mise en scène chorégraphique qui donne à l’esprit humain d’opérer sa mue cathartique, en vue de l’équilibre psychique de l’être. Ainsi, le Djèlénin-nin, en tant que sous-genre de la poésie orale négro-africaine relatant la vision négro-africaine de la mort, désigne, à la fois, une esthétique de création, une autorité morale, une poétique du salut communautaire.

 Mots-clé: Djèlénin-nin, poésie, poétique, rituel, fatalité, mort, dieux, Afrique.

 

Abstract: The Djénénin-nin is one of the Black-African ancestral poems that, philosophically motivated, connect the spirit of the citizens to the sphere of the founding deities, providence of assurance in terms of the dramatization of existential tragedies. In doing so, the Djénénin-nin, a gouro funeral ritual of the center-west of Côte d'Ivoire, because it is a virtuoso body and speech of the demystification of death, is interchanged with poetry, a way of expression in particular, by transmissions of transfigurative words, born of a liberation of the mind of the speaker, intellectually aware and spiritually raised, and apt to verbally convey the luminous message of the gods to face the fatalities of the human condition. In this perspective, the Djénénin-nin recalls, to the universal consciousness, the African genius revealing the truth according to which poetry, literary genre contradicts the evidence of the first appearances, is not only words, but also , a choreographic staging that gives the human spirit to operate on its cathartic mould, in view of the psychic balance of being. Thus, the Djénénin-nin, as a sub-genre of African oral poetry relating the African vision of death, designates, at the same time, an aesthetic of creation, a moral authority, a poetics of the community salvation.

Keywords: Djèlénin-nin, poetry, poetics, ritual, fatality, death, gods, Africa

 

 

 Lire ou Télécharger l'article en entier [PDF]