Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Articles arrow numéro 25 arrow Gnabana PIDABI, De l’art épistolaire à l’écriture de sublimation: Une si longue lettre de Mariama B

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Gnabana PIDABI, De l’art épistolaire à l’écriture de sublimation: Une si longue lettre de Mariama B Version imprimable Suggérer par mail
21-10-2019
De l’art épistolaire à l’écriture de sublimation: 
Une si longue lettre de Mariama Bâ 
Gnabana PIDABI
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  
Ecole Normale Supérieure (ENS) d’Atakpamé 
Résumé: Mariama Bâ, tout comme Madame de Sévigné au XVIIè siècle, a choisi d’entrer
dans le monde littéraire par le truchement de l’art épistolaire. A travers ce genre, l’auteur a su
rendre pathétiques les faits et agissements quotidiens de la société sénégalaise. La
correspondance, destinée à Aïssatou par prétexte, est plutôt une fresque qui peint tous les
aspects sociopolitique, économique et culturelle de l’Afrique. Les thèmes tels que
l’émancipation des femmes, la polygamie, le poids de la religion, l’amitié et l’éducation y ont
été abordés. L’étude donne à voir que l’auteure a sublimé son écriture à travers moult
procédés. L’écrivaine a transformé des pulsions internes en sentiments élevés tout en
développant des  valeurs morales irréprochables. Le principe de l’échange épistolaire a été un
moyen pour l’auteure de recourir au dialogisme qui repose sur l’usage du « je » et « tu ». Ce
dialogue, loin de se confiner dans l’intimité entre la narratrice et Aïssatou, la destinataire,
s’ouvre, par le biais du pronom « tu », à un second destinataire, le mari décevant, puis à un
troisième, le lecteur, solidement ouvert au progrès. Tout comme Aïssatou qui a su, très tôt,
s’extirper des méandres de la vie polygamique grâce à son instruction, Ramatoulaye, la
narratrice, a su résister à l’avalanche de  prétendants rapaces simulant venir à la rescousse
d’une veuve.  
Mots clés: l’art épistolaire, l’écriture de sublimation, la polygamie, l’émancipation de la
femme, le poids de la religion, l’éducation  
Abstract: Mariama Bâ, like Madame de Sévigné in the 17th century, chose to enter the
literary world through the medium of epistolary art. Trough this genre, the author has
managed to make pathetic the facts and daily actions of Senegalese society. The
correspondence, intended for Aïssatou on the pretext, is rather a fresco painting all the sociopolitical,
economic

and cultural aspects of Africa. Themes such as women’s emancipation,
polygamy, the weight of religion, friendship and education were discussed. The study shows
that the author sublimated his writing through many processes. The writer has transformed
inner drives into high feelings while developing irreproachable moral values. The principle of
the epistolary exchange was a means for the author to resort to the dialogism which relies on
the use of “I” and “you”. This dialogue, far from being confined in the intimacy between the
narrator and Aïssatou, the recipient, opens, through the pronoun “you”, to a second addressee,
the disappointing husband, then to a third, the reader, solidly open to progress. Just like
Aïssatou, who was able, very early, to extricate himself from the meanders of polygamous life
thanks to his education, Ramatoulaye, the narrator, knew how to resist the avalanche of
rapacious pretenders simulating to come to the rescue of a widow. 
Keywords: epistolary art, sublimation writing, polygamy, women’s emancipation, the weight
of religion, education.