Steeve Elvis ELLA, Les métamorphoses du corps et le pouvoir de la reconnaissance dans le Mvett
31-12-2019
Les métamorphoses du corps et le pouvoir de la reconnaissance dans le
Mvett 

 

Steeve Elvis ELLA 
Ecole Normale Supérieure/Gabon
Département de Philosophie 
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  
 (…) : car si ces expériences ne se recouvrent jamais exactement, si elles
échappent au moment de se rejoindre, s’il y a toujours entre elles du
« bougé », un « écart », c’est précisément parce que mes deux mains font
partie du même corps, parce qu’il se meut dans le monde, parce que je
m’entends et du dedans et du dehors ; j’éprouve, et autant de fois que je le
veux, la transition et la métamorphose de l’une des expériences à l’autre, et
c’est seulement comme si la charnière entre elles, solide, inébranlable, me
restait irrémédiablement cachée.  (M. Merleau-Ponty, 1964, 192). 

Résumé: Dans le Mvett Ŕ récit épique des peuples Beti-Fang originaires d’Afrique centrale, 
où s’opposent Engong ou peuple des immortels et Oku ou peuple des mortels Ŕ la question du
corps occupe une place majeure tant elle prend forme et vie par les personnages principaux
qui organisent l’action, magnifient la puissance et renouvellent le récit. Les corps se dilatent
et se métamorphosent sans cesse en fonction de la multiplicité de leurs occurrences, du cadre
spatio-temporel où l’action se déroule, selon les circonstances qui les mettent en scène les uns
avec les autres avant de guerroyer. L’article cherche à mettre en lumière une métaphysique du
corps qui fait en sorte que ce dernier n’a d’être et de puissance qu’à la mesure de ses
transformations, pour bien marquer le fait que les principaux personnages des récits du Mvett
changent de corps selon leurs identités qui ne sont jamais statiques mais dynamiques. D’où
l’idée que le pouvoir de la reconnaissance n’est garanti que par cette capacité à voir dans
chaque métamorphose, l’itinéraire d’un soi-même dans et comme un autre.   
Mots-clés: Métaphysique du corps, métamorphoses, pouvoir, reconnaissance, Mvett. 
Abstract: Mvett Ŕ epic of Beti-Fang peoples from Central Africa, where people are opposed
Engong or immortals and mortals Oku or people Ŕ the question of the body plays a major role
as it takes place and by life the main characters who organize the action, magnify the power
and renew the narrative. The body dilates, mutates and metamorphoses constantly depending
on their multiple occurrences of space-time where the action takes place, depending on the
circumstances that bring them into the scene vis-à-vis other before each to wage war. The
article seeks to highlight a metaphysical body which ensures that it has of being and power to
the extent of its transformations, to mark the fact that the main characters of the stories Mvett
changing body as their identities are never static but dynamic. Hence, the idea that the power
of recognition is only guaranteed by the ability to see in every metamorphosis, the itinerary of
a self in and as another.  
Keywords: Metaphysics of the Body, metamorphoses, power, recognition, Mvett . 
 
 
 
 
  Lire ou Télécharger l'article en entier [PDF]