Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Articles arrow Colloque international: Suprematie Blanche arrow Daouda COULIBALY - REAPPROPRIATION ET USURE DU « DISCOURS DE LA SUPREMATIE BLANCHE » DANS THE LON...

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Daouda COULIBALY - REAPPROPRIATION ET USURE DU « DISCOURS DE LA SUPREMATIE BLANCHE » DANS THE LON... Version imprimable Suggérer par mail
03-06-2013
Daouda COULIBALY
Université de Bouaké
 
Interpréter un texte, ce n’est pas chercher une intention cachée derrière lui, c’est suivre le
mouvement du sens vers la référence, c’est-à-dire vers la sorte de monde ouvert devant le
texte. Interpréter c’est donc déployer les médiations nouvelles que le discours instaure entre
l’homme et le monde.
Paul Ricœur, « Signe et sens » in Encyclopédia Universalis, Volume 14, p.1014.
 
Introduction
Née de la colonisation, la littérature amérindienne est une littérature de résistance à la domination euro-américaine. Selon Barbara Harlow “Resistance literature calls attention to itself, and to literature in general, as a political and politicized activity. The literature of
resistance sees itself furthermore as immediately and directly involved in a struggle against ascendant or dominant forms of ideological and cultural production” (1987: 28-29). En d’autres termes, la littérature de résistance se pose en contre-discours au discours dominant et préconise les rituels et les cérémonies comme thérapies aux traumatismes du passé. En réponse à l’aliénation et aux maux qui frappent les communautés amérindiennes, les auteurs comme Scott Momaday, Leslie Marmon Silko inscrivent le rituel et le cérémoniel comme des faits culturels qui exorcisent les traumatismes passés et présents.